Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des enseignants manifestent contre la réforme des rythmes scolaires

Mercredi 23 janvier, à l’appel du SNUipp-FSU (syndicat majoritaire dans le primaire) des rassemblements d’enseignants se sont déroulés devant les rectorats pour protester contre les modalités de la réforme des rythmes scolaires. Dans les régions, les rassemblements ont réuni de quelques dizaines de personnes (Lille, Arras, Strasbourg, Metz) à une centaine (Strasbourg, Bordeaux, Marseille). Ils étaient plus nombreux à Charleville-Mézière (250) et Lyon (500). C’est à Paris que la manifestation a été la plus importante, réunissant 1400 personnes selon la police. La réforme, qui passera par décret, prévoit de réinstaurer la semaine de 4,5 jours en septembre avec le mercredi matin (dérogations possibles pour la rentrée 2014 ou le samedi). La journée de classe sera raccourcie en moyenne de 45 minutes par jour, mais les enfants ne sortiront pas plus tôt : des activités périscolaires, culturelles ou sportives avant ou après les cours de l’après-midi seront organisées.

Les enseignants se défendent de corporatisme

L’hostilité des enseignants au retour à la semaine de quatre jours et demi est mal perçue dans l’opinion. Généralisée par Xavier Darcos en 2008, la semaine de quatre jours, unique en Europe, est décriée par de nombreux experts estimant qu’elle ne respecte pas le rythme de l’enfant. Pourtant, si les enseignants se battent contre la dégradation de leurs conditions de travail (les syndicats ont notamment réclamé des compensations pour les coûts que le retour à l’école le mercredi matin allait engendrer pour eux : frais de transport et de garde d’enfants le mercredi), ils expliquent défendre aussi l’intérêt de l’élève, arguant que la réforme risque d’aggraver les inégalités territoriales. Il reviendra en effet aux communes d’organiser les nouvelles activités périscolaires. Or, l’aide de l’Etat (50 euros par enfant) ne couvrira pas l’ensemble des frais nécessaires à la mise en œuvre de la réforme, pénalisant ainsi les communes les plus pauvres.

Sources : liberation.fr ; vousnousils.fr, lepoint.fr ; snuipp.fr ;